Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 2974 mars.




Villes/Bayonne/CR/24 mai/85 mars/ Ecrits politiques

From NuitDebout
Jump to: navigation, search

Ecrits politiques

24 mai 2016/ 85 mars

L'union du peuple

L'union du peuple pourrait renverser le gouvernement trės vite, encore faut-il que les gens arrêtent de flipper de perdre des miettes auxquelles ils ont droit ... le gouvernement ne tient le peuple que par la peur, et la division ... Dėmoncrassie on en est responsable ... du moment où on se voile la face en voulant toujours trouver un coupable, c'est mort .. C'est la passivité qui fait qu'on en est la . Personne n'a le pouvoir si on ne lui laisse pas les moyens de se l'accaparer.. Tous les problèmes viennent du fait que chacun regarde son nombril .. et conséquence tout reste figė.

Si tout un chacun prenait conscience que l'unitė amėne la paix ..le monde se porterait mieux ... Se guėrir soi c'est guėrir le monde ... car la haine appelle la haine ... la paix appelle la paix ... Manifester sa colėre est sain ... Rester bloquer dessus est un non sens si l'action ne suit pas ... être faire avoir ... le fait de savoir qui je suis m 'emmène forcėment a faire et a obtenir ...aprės chacun suit son cheminement ...

Bloquer tout le pays c'est un dėbut pour réveiller les consciences un grand pas ..le changement est en nous!! comment contrer la folie de ceux qui pensent dėtenir le pouvoir sur tout un peuple ? en reprenant tout simplement notre pouvoir et en n'acceptant pas d’être esclave et en nous servant de toutes les erreurs passées ...et présentes pour reconstruire et dėfinir le futur ...tout en sachant que nos pensėes crėent le monde tel qu 'il est la !!

La peur la culpabilitė la haine sont des poisons pour l esprit ...rien n 'est à trouver en dehors de soi ...Tous les problėmes sont en nous et toutes les solutions aussi !!! Je nous souhaite un déconditionnement interne et plus juste que ce qui est rėellement là ... Personne n'a le pouvoir de nous faire souffrir si on ne l'y autorise pas !!!! et là je vois dėja le monde s'insurger et me dire qui es-tu toi pour venir nous dire que l 'on crėe notre propre malheur ?

On a le choix d'etre heureux ou malheureux ... le malheur du monde vient d'ou ? du fait qu on assiste en spectateur a ce qui s'y passe !!"Ca me regarde pas ils crevent la dale", "des enfants violės ah ca va c est pas le mien", et on peut rien y faire ?? Puis il ya aussi les "je prėfėre pas savoir c est trop horrible" ..; Mais qu'est ce qui fait qu'on puisse se dėtourner de la souffrance d'autrui en se disant que ça ne me concerne pas ? Quelle libertė on pense avoir en se laissant diriger, en nėgociant notre droit à vivre qui nous appartient?? Quelle comprėhension des choses on laisse à nos enfants en ne se dėfendant pas?

Pour changer le monde commencer par soi les siens l entourage le voisinage etc ... Ne pas s'enfermer dans ce que l on pense savoir. Tout est mouvement ..énergie, conscience collective... rėpėtitions ... sortir du jugement ... chercher en soi les failles c'est apprėhender le monde sans se flageller ... on aime bien ça chercher toujours des coupables et se dire que c 'est pas nous on aime bien ça aussi.. on est tous responsable qu 'on le veuille ou non de ce qui se passe dans ce bas-monde ..

Solution : arreter de se plaindre ..car on aime bien ça aussi ... Agir ..on a du mal seul si si .. Arrêtez de chercher la reconnaissance chez l'autre ... on aime bien ça aussi ... se reconnaître soi c 'est un grand travail. S'unifier... S'aimer est la base de tout ...d 'ou la bancalitė de ce monde ..comment aimer l 'autre si on ne s 'aime pas soi ? Impossible !! Et tous les problėmes de ce bas monde viennent de la !! Si si S 'aimer c est se respecter et du coup respecter l 'autre .. Donc changer notre comportement C'est changer le monde .!!!

Et si des tyrans sont au pouvoir qu'est ce qui nous empêche de les dėgager si ce n'est la peur ? Mais peur de quoi ? De retrouver notre libertė ? tellement conditionnės a être esclave d 'un système qui nous dit quoi penser ? Peur de quoi ? De se rendre compte que le pouvoir est en chacun? Peur de quoi ? D 'être illimité là ou a nous toujours voulus nous limiter ? Peur de quoi ? De se rendre compte que le problème n 'était pas l 'autre ? Le sdf le black le blanc l 'arabe le rsiste le chômeur le riche etc.? mais que le problème Est ce que nous acceptons passivement et collectivement !!!

Putain arrêtons d'avoir peur et montrons leur que le pouvoir appartient au peuple !! Ils ne sont RIEN!!! Juste des pantins a la botte d 'autres pantins !!! À nous de reprendre notre pouvoir !!! Impossible n est pas français !!!! Rien ne se perd rien ne se crėe tout se transforme! !! A quand une marche vers l 'elysėe !!!??? Reprenons nos droits !!!!

Paix.Linda.

Texte Eloïse (en réponse)

Merci Linda pour cette prise de parole ! Beaucoup de personnes s'intéressent à nos écrits et suivent ce qui se construit chaque jour un peu plus. C'est en reprenant le pouvoir sur l'écrit de nos nuits debout et de notre vie (de toutes les manières poétiques, politiques, artistiques, mais aussi patiemment scientifiques: oui oui), que nous arriverons à reprendre pouvoir sur notre rapport au monde sans attendre que quelqu'un vienne l'écrire pour nous. N'oublions pas que nous (nous) construisons en prenant conscience de notre histoire, que les traces que nous laissons sont sacrées, que ces mots sont aussi notre action sur le monde, qui est le langage.

Ce "ils", malheureusement, c'est aussi notre humanité qui ne reconnait pas sa propre peur et devient tyran du monde en l'imposant à l'autre? Nous avons intériorisé le tyran en nous-même. Alors émancipons-nous du regard négatif que nous portons sur notre humanité. Le cadre du projet commun de nos assemblées est la porcelaine que nous avons à protéger. Nous nous formons nous mêmes, nous sommes ingouvernables! nous réinvestissons nos corps et notre parole.

Le tyran (ce "ils"), la prochaine fois, je le regarde dans les yeux et lui indique que le choix qu'il fait est celui de sa propre aliénation, pas la mienne ni celle des autres, parce que je choisis de regarder droit. Que nous soyons deux ou cinq à nous tenir dans l'agora et à faire assemblées, et j'y mettrai le même engagement, car je sais que la transformation sociale passe par la réappropriation de cet espace de débat en nous-même, et pour nos enfants.

Sortir de nos obsessions, c'est passer par la tribu et regarder bien haut (pas de haut, ni d'en bas). Nuit debout c'est la tribu de la parfaite taille, c'est une petite communauté qui fait village, qui veille, partout, et qui se joint au monde pour construire le monde. Tout seul, ça deviendrait compliqué... mais est-on jamais seul ? Parle avec elle, parle avec lui... respire... c'est ton frère, c'est ta soeur qui souffre, qui rit, qui aime, qui hait. Ta parole est un mot, un début, un geste, un acte qui transforme. Je la porte aussi. Prends-en soin.

Ecoutons. Observons. Apprenons. Construisons. Chérissons ce que nous construisons, pierre après pierre, et pas à pas, "dernière dune avant le vide". La liberté ne se mendie pas, elle se prend.

Paix, Eloïse