Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1937 mars.




Villes/Agen/CR/13 avril

From NuitDebout
< Villes‎ | Agen
Jump to: navigation, search

Compte rendu de l'Assemblée Populaire[edit | edit source]

13 avril 2016

Préambule[edit | edit source]

Pour cette première "Nuit Debout", l'AG fut surtout l'occasion pour tout le monde de s'exprimer "tous azimut". La mise en place des commissions/ateliers permettra, nous l'espérons, d'apporter une organisation à cette richesse

Les interventions[edit | edit source]

1 - « Cela fait 1 an que je suis installée à Agen. Je travaille dans le milieu hospitalier avec CDD renouvelable. Ma mère est tombée malade et j'ai dû me rendre à son chevet. Après son décès, lorsque je suis revenu au travail on m'a annoncé froidement que mon contrat n'était pas renouvelé. Ce n'est pas humain »

Manque intervention 2 et 3

4 – « J'ai été informée par l'association Colibri de ce mouvement « Nuit Debout ». Ma question est « comment peut on faire ensemble ? Quels événements ? »

5 – « Je fais partie d'un conseil de quartier, on attend rien de la mairie ou des autres, on fait nous-mêmes comme par exemple peindre des bancs. Le transgénérationnel a été mis en avant j'en retire du positif. Ce sont des idées à diffuser »

6 – « Le combat est stérile sur l'interclassisme, je suis politique et nous faisons tous de la politique en se rassemblant ici. Il faut être uni, construire ensemble, participer au mouvement national, c'est une lutte des classes nous devons attaquer la bourgeoisie en un mouvement non violent, faire quelque chose de constructif.»

7– « Nous devons réfléchir à autre chose pour ne pas rester isolé et surtout réfléchir autrement »

8 – « La politique existe en tant que vie publique, à nous de la faire sur place »

9 – « Nuit debout est une contestation qui prend de l'ampleur, il y a des mouvements, des manifestations, il ne faut pas abandonner le retrait de la Loi. Une plus forte mobilisation se fera le 28 avril. Comment devons-nous faire vivre le mouvement en attendant le 28, que faire jusque là ? »

10 – « A nous de trouver des idées au-delà de la loi du travail. Je m'en moque je suis sans travail depuis 25 ans. Il y a 25 ans le travail se trouvait sans qualification, il suffisait juste d'avoir du bon sens. Aujourd'hui c'est un tournant il y a 100 personnes pour la même place, il y a 6 millions de chômeurs, il faut chercher autre chose, une autre voie »

11 – « La Loi du travail il ne faut pas s'en moquer c'est une hérésie de dire cela ! »

12 – « Depuis les années 70 on nous pond des merdes de Loi, il faut faire des Lois plus justes pour les retraités, pour les travailleurs, etc.. On doit s'aider, il y a des personnes qui se retrouvent seules dans des appartements vidés. Proposition de jardin en ville pour pouvoir se nourrir »

13 – « Nous avons une association « Pas à Pas » à Villeneuve, seule asso de chômeurs d'Aquitaine. Il y en a 4 en France. Il faut en monter une à Agen svp. Je suis scandalisé par Cahuzac à qui on verse 9 000 euros par mois, Juppé 200 000 euros, nous avons une nouvelle constitution à construire, il faut changer de constitution, stopper les avantages en nature et je vous invite à lire L'insurrection poétique pour imaginer un autre monde »

14 – «  Il y a beaucoup de choses à changer : tout les aspects de la loi du travail sont dégueulasses dans le milieu hospitalier aujourd'hui plus de 30 % du personnel est en arrêt maladie. Pour le privé, le « Plan Hirsh » propose 6 jours de travail pour 1 jour de repos c'est de l'esclavage »

15 – « Il faut déjà gagner le retrait, c'est une impulsion pour des grèves à venir. Et après on pourra construire Plus d'écologie, de retraite. Il faut se poser la question de l'utilité du travail en amorçant une nouvelle idéologie du travail. Il faut aller chercher les personnes qui ne se sentent pas concernées. Donner un nouveau sens à la vie et mener des actions telles que aller voir les salariés de Pôle Emploi et leur expliquer ce qu'ils se passent. »

16 – « Le point important c'est surtout la loi El Khomri. Ici il y a plein d'histoires différentes, il n'existe pas de vérité, il faut se servir du retrait. Prendre l'habitude des discussions que l'on construit ici. Faire tout ce que l'on peut pour y arriver et pour ceux qui n'ont pas de jobs ils ont bien raison de ne pas en chercher ! »

17 – « Je suis au chômage depuis 1996 si l'Association des Chômeurs d'Agen n'existe plus c'est par découragement à l'époque on occupait Pole Emploi. Il n'y a plus d'écoute entre les êtres humains les gens ont faim, se font expulser, on veut tous de l'eau de l'électricité, etc.. osons le dire ! et le travail c'est faire quelque chose ! »

18 – « Proposition de clore le débat et de se réunir en Commission ou discussion » Rejet majoritaire de l'assemblée. Poursuite des débats.

19 – Eléonore : « Je suis encore jeune et je sais que je serais bientôt concernée par cette Loi, quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi on manifeste contre » (Une réponse sera apportée à Eléonore à la fin du débat par Mandy)

20 – Proposition de reprendre la codification des Indignés, explication gestuelle

21 – Point technique : Non c'est ingérable

22 – « ça fait quelques années que ça bouge nous devons nous enrichir des expériences passées »

23 – « Il faut parler de la Loi El Khomri et aussi des négociations des Lois chômage »

24 – « Nous ne sommes pas très nombreux car cette manifestation se déroule la nuit. Des gens que je connais seraient venus pourquoi ne pas se réunir les dimanches ? »

25 – « Au delà de la Loi on vit un choix de société, le gouvernement actuel fait le profit du capitalisme il faut montrer une autre voie comme cela se fait en Espagne et en Italie. Agir pour une Europe commune et pour le bien des personnes. »

26 – « Personne ne va plus travailler ni vendredi ne samedi le système est bloqué c'est la grève générale »

27 – « Le monde du travail évolue nous devons nous entourer d'inspecteur du travail, des prud'hommes, les consulter, nous inspirer de la commune de Paris et de ces ateliers d'aide aux gens »

28 – « Moi je suis là pour en découdre »

29 – « Et si on utilisait la liste québécoise ? »

30 – « Je ne suis pas d'accord pour une révolution armée on nous formate depuis tout petit ! Retirer vos gosses de l'école ! »

31 - « Prendre un recul sur la télévision, s'éveiller à la culture, au jardinage, trouver des alternatives à la faim, faire attention à qui on donne notre argent »

32 - « s'éveiller à l'économie politique et s'intéresser aux sciences sociales »

33 – « Vendredi et ce soir nous discutons. Maintenant il nous faut du concret pourquoi pas une commission expérience et faire des petits groupes pour se réunir autour des choses à voir et créer un mouvements avec des actions. Comment mener les actions, rester actif et se battre ? A la prochaine assemblée ? »

34 – « Pour stopper le système nous ne devons pas nous battre contre, il faut en créer un nouveau et faire en sorte qu'il se détruise de lui-même »

35 – « Nous oublions que travailler en opposition est contre productif. Le mieux est de dépasser la lutte des classes, réflechir et regarder l'histoire, faire en sorte de réduire le temps de travail, que les actionnaires touchent moins. Je pense aux migrants, ils n'ont pas le luxe de se réunir comme nous. N'oublions pas que la France est un pays d'accueil.  C'est le pays de la déclaration des droits de l'homme les gens sont laissés sur le côté. Ça prendra peut-être du temps mais que chacun fasse une synthèse et apporte en réflexions. La pensée doit être d'abord générale »

36 – « Je vous fais une confession. Je suis pour la lutte des classes de façon radicale, la classe ouvrière est dominée mon message est humaniste il y a des points de divergence. Néanmoins, une base saine est à avoir, oublier la lutte des classes c'est oublier la politique de la rue. Je suis pour le rassemblement des gens qui sont exploités, des gens qui vont au boulot pour des personnes en qui ils ne se reconnaissent pas, c'est une lutte, un combat au quotidien qui n'est pas forcément violent. Je suis pour la prise de la place publique contre la bourgeoisie ! »

37 – « Ce n'est pas une lutte des classes mais plutôt de l'humanisme dont il s'agit. Ma mère est là ce soir, elle a 78 ans, elle est aisée mais se sent concernée. Que fait-on du mot solidarité ? L'important est de s'écouter quels sont les besoins en soutien ? »

38 – Florent : « à l'école on fait math, français, math français, français math, il faudrait en enlever et apprendre à jardiner »

39 – « On est conditionné dès tout petit il nous faudrait des cours d’esprit critique, de philosophie, le pouvoir appartient aux êtres sachants »

40 – Une Jeune fille collégienne : « La société c'est comme un immeuble, il suffit de s'en extraire et d'en faire tomber les pierres puis de reconstruire, de dire tout simplement « on s'en va, on arrête. Au collège, les gens sont ignorants. Ils sont aveugles, ils n'ont même plus d'esprit, ils s'intéressent aux Anges de la téléréalité. Cela gangrène. »

41 – « Proposition d'action avec toutes les villes de France, il faut monter dans les trains, prendre les wagons et aller a Paris, faire des banderoles, les poser à pole emploi, dans les cliniques, faire des blocages »

42 – « Nous ne devons pas être contre la démocratie. C'est un mouvement fédérateur. Il faut se mettre avec d'autres, avec des syndicats… »

43 – « L'action doit être une création, nous devons créer le monde, disons ateliers au lieu de commissions »

44 – « La force des commissions c’est que l'on s'écoute. On sait que les gens sont perdus dans des partis politiques. Ces commissions sont faites pour se réunir, nous devons faire de la politique sans prise de pouvoir, sans partis ni leader. »

45 - « Votons pour la prochaine Nuit Debout pour que tous ces groupes puissent parler. » Nous proposons des ateliers #Action, #communication (tracts, matériels…), #Loi Travail, #autonomie, #précarité, #éducation, #soutien aux gens, #vivre ensemble, #convergence des luttes, #éducation à la politique et à l'économie, #éducation aux sciences sociales, #emplois locaux, Ici ce sera tous les jours à 19 heures, place de la rêvolution ! Accompagnera t-on ce monsieur qui a perdu son travail à son entretien avec son ancien directeur ? Les Discussions se sont enchaînées et n'ont pu être retranscrites.