Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 3065 mars.




Villes/Caen/AG/CR/22 avril

From NuitDebout
< Villes‎ | Caen‎ | AG
Jump to: navigation, search

CR AG 22 avril[edit | edit source]

Charte de Nuit Debout Caen[edit | edit source]

  • Faut-il supprimer le segment « des lois en vigueur » dans la phrase « Le principe inaliénable de Nuit Debout est la liberté de parole, dans le respect de la dignité des personnes et des lois en vigueur » ?
  • POUR :
    • La loi peut être interprétée, tandis que nous sommes capables de nous gérer nous-mêmes.
    • Le segment « dans le respect de la dignité des personnes » est suffisamment clair. Exemple : on a le droit d’être contre le travail le dimanche, mais une personne qui insulterait les gens qui ne veulent pas le faire devrait être rappelée à l’ordre par la charte.
    • Il ne s’agit pas de stigmatiser les électeurs de certains partis comme le FN, mais bien les discours de haine. Nuit Debout doit rassembler tout le monde autour d’une colère commune.
    • L’expression « dans le respect des lois en vigueur » sous-entend que nous sommes dans une position de dominés, et que nous devrions chercher à rassurer nos dominants. Nous n’avons pas à demander leur bénédiction aux classes dirigeantes.
    • Nous sommes déjà hors la loi en ne déclarant pas notre rassemblement tous les soirs place Saint-Sauveur.
    • Ce qui est légal n’est pas forcément légitime. Nous faisons, au sein de notre mouvement, nos propres règles.
    • Les lois de l’Etat sécuritaire nous oppriment. Des personnes de Nuit Debout pourraient considérer que les actions violentes sont efficaces. Il ne faut pas que la charte soit trop restrictive.
  • CONTRE :
    • Rappeler que nous respectons les lois permettrait de rassurer l’opinion publique, notamment les 40-50 ans qui ne sont pas nombreux ce soir.

Proposition : Retirer "des lois en vigueur" dans la phrase

Fait adopté

Discussion sur la légitimité des actions illégales[edit | edit source]

  • Il faudrait un cadre légal aux Nuits Debout Caen : par exemple, déclarer le rassemblement de 18h à 23h
  • Certaines villes ont demandé l’autorisation à la mairie, qui leur a refusé.
  • Les médias, que l’on s’en tienne ou non à la légalité, nous mépriseront.
  • Attention, les journalistes sont dans leur majorité des salariés précaires qui ont, comme nous, des revendications. Il ne faut pas tous les mettre dans le même panier, d’autant plus que la dénonciation des « médias vendus au capital » est exactement ce que fait le FN.