Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 3036 mars.




Villes/Caen/AG/CR/3 juin

From NuitDebout
< Villes‎ | Caen‎ | AG
Jump to: navigation, search

Des champs, pas d'Auchan[edit | edit source]

  • Question pour dimanche : Une personne du collectif "Des champs pas d'Auchan" est disponible pour venir dimanche 5 mais le programme, qui a déjà été imprimé, ne prévoit pas cette intervention. En revanche, il y a un créneaux de 2h prévu pour une intervention sur TAFTA. Comme il y a déjà eu une intervention sur le sujet, place Saint Saveur, pourquoi ne pas réduire cette intervention à une heure et laisser l'autre heure pour "Des champs pas d'Auchan" ?
  • Le collectif contre TAFTA prévoit une action en début d'après-midi et iront ensuite Place du Théâtre pour faire une intervention sur le sujet et Nuit Debout viendra y assister. Il est prévu que le groupe se scinde en deux car certains ont déjà entendu cette intervention il y a quelques semaines et qu'il y ai encore une présence de gens de Nuit Debout sur la Place de la République.
  • Est-ce que cette opposition au projet d'Ikéa n'est pas, finalement, choisir entre la peste et le choléra ? On veut construire des bâtiments sur des terres qui sont remplies de polyphosphates depuis des décennies et dont les agriculteurs qui les exploitent vont continuer à les utiliser ? Ne pourrait-on pas plutôt utiliser l'argument économique (= il y a déjà énormément de surfaces commerciales à Caen et agglomération et ce projet va tuer des petits commerçants et des artisans).
    • Réponse : l'idée n'est pas de légitimer ce mode de production contre lequel on se bat également. En revanche, on perd énormément de terres arables en France depuis des années et autant on peut changer des modes de productions (après une période de transition) autant c'est beaucoup plus compliqué si il faut, d'abord, détruire un bâtiment qui aura été construit dessus. L'argument économique est, par ailleurs, déjà largement utilisé par le collectif "Des champs pas d'Auchan".
  • Où-est-ce qu'on se situe par rapport aux petits commerçants ? Car même si c'est l'alternative aux grandes entreprises et aux multinationales, tous n'ont pas une éthique à toute épreuve et une personne de Nuit Debout a assisté à des propos inqualifiables lors d'une réunion récente à la mairie venant de certains d'entre eux, ayant un commerce dans l'hypercentre, à savoir des propos racistes et des pratiques illégales (caméra braquée sur la rue pour surveiller les allers et venues) le tout devant le maire et le chef de la sécurité départementale qui n'ont pas réagi à ces propos.
    • Réponse : On ne peux pas généraliser et qualifier les petits commerçants comme des énemis par défaut. Sinon, on reproduira les défaut du système que l'on veut voir s'effondrer. Chacun doit faire un "petit pas en avant" pour faire avancer les choses, chacun à son niveau, mais on ne recule pas.
  • Il faut correctement sélectionner les actions que l'on veut mettre en place. Le projet d'Ikéa, c'est déjà acté : les contrats ont déjà été signés en 2009. On risque de perdre des forces vives dans ce combat et ce serait comme se batre contre des moulins à vents.
  • Pour ce qui est du projet Ikéa, des centres-villes sont déjà vides de petits commerces et ça à cause de grand projets du même type. On ne vas pas faire le dos rond, même si la chose est perdue d'avance. Il faut au moins exprimer notre mécontentement, ne serais-ce qu'en manifestant dans la zone.
    • Réponse : C'est une chose que Lordon et Azan ont déjà dites : c'est évident dans ce genre de luttes d'avoir des amis qu'on a pas souhaités. Il faut se positionner assez clairement sur le sujet : même si on ne veut pas de Ikéa, on ne vas pas défendre des
  • On ne vas pas défendre les petits commerces mais l'idée d'un commerce de proximité, l'idée d'un lien social. L'idée de ND, en occupant les places, c'est de ne plus réclamer à cet Etat fascisant mais de prendre. Prendre la parole, déjà, pour recréeer du lien.
  • Si on se met contre le projet Ikéa, on se met du côté du maire de Caen qui a porté plainte contre le projet.
    • Réponse directe : tout n'est pas tout blanc ou tout noir. Ce n'est pas, comme disait Bush, "soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous". On peut s'opposer, comme le maire, pour un projet qui nous paraît illégitime et ce n'est pas pour ça que l'on le suit sur les autres sujet. L'amalgame n'aura pas lieu.
  • Est-ce que le collectif DCPDA a des propositions pour les terres arables concernées ? Comme ça, avec une proposition différente de celle de la mairie, on s'oppose au projet sans être sur la même ligne que le maire. Idée : en discuter dimanche, en AG, pour établir une ligne claire. L'AG est d'accord sur ce point avec une majorité nette. Cette question sera débattue dimanche prochain.
  • Sur le sujet des solutions, plus globalement, il faudrait demander à chaque intervenant de venir avec des solutions au sujet dont il parle (ex : TAFTA).


Divers[edit | edit source]

  • Information : dès le dimanche 12, il y aura, à la restauration des gobelets réutilisables seront disponibles pour éviter de dépenser entre 15 et 20 € dans des couverts non réutilisables chaque dimanche.
  • Clément a demandé le projo au Lux mais on ne sait pas si on l'aura demain. Une personne à l'AG a un ami qui en a un et se renseigne pour si il peut être utilisé dimanche.
  • Musées Debout : est-ce que l'on peut renouveler l'expérience ?
    • Réponse : il y a toujours des artistes intéressés mais peu de gens à l'organisation. Il y a moyen de refaire une exposition d'artistes pour le dimanche 19. L'appel est lancé.
  • il y a beaucoup de texte, photos et vidéos sur ce qu'il se passe à Nuit Debout. Ce serait bien de créer une page exprès pour rendre disponible les productions de tous les gens. Au début, la plateforme envisagée était Facebook pour des questions de visibilité mais au final il faudrait créer un site du type "zadnadir". Ce serait une organisation participative. Pour info : Racaille et Bazarnaom sont prêts à nous soutenir et on peut faire passer beaucoup de chose chez eux.
  • Fêtes de Bayonnes : Comme beaucoup de gens ont une certaine "culture alcoolique", on pourrait y participer. Fin juillet, début août. Il y a un camping. C'est à 800 km, à descendre par bus ou par covoiturage. Sur place, on peut manger pour des prix raisonnables ou en cuisinant nous-mêmes.
  • Information au sujet de la soirée du Cargö : une personne, présente à l'AG, n'a pas pu rentrer car refoulé par les vigiles. Il était pourtant accompagné par des personnes très impliquées à Nuit Debout. C'est assez grave vu la volonté de Nuit Debout, impliqué dans l'organisation de cette soirée, de n'exclure personne.