Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 2058 mars.




Villes/Rouen/AG du 23/04/2016

From NuitDebout
< Villes‎ | Rouen
Jump to: navigation, search

Assemblée Citoyenne - 23/04/2016[edit | edit source]

Début vers 18h30, une cinquantaine de personnes présentes.

Échanges & débats[edit | edit source]

  • Un agriculteur de la confédération paysanne nous présente un nouveau problème sur la publicité. Producteur de cidre, celui-ci est obligé de payer une "Cotisation Volontaire Obligatoire" - pas si volontaire donc - qui sert à financer les publicités pour de l’alcool. Refusant de payer, celui-ci est confronté à un proposé. Référence nécessaire
  • La fracturation hydraulique : en Australie, un élu écologiste décide de se rendre sur un rivière près d’un site de fracturation hydraulique. L’élu y approche un briquet et la rivière prend instantanément feu en raison du méthane présent. Ce méthane provient de la fracturation hydraulique du sol voisin, qui détériore durablement tout l’écosystème en le polluant. Vidéo
  • Les trains et les bus sont en doublon alors qu’un train pollue 15 fois moins qu’un bus. Il est avancé que le coût du train est plus élevé pour l’utilisateur par rapport au bus. Néanmoins le coût commercial de celui-ci ne prend pas en compte la dégradation des routes (1.000 fois plus qu’une voiture), ou encore l'impact écologique du carburant utilisé. Les bus bénéficient donc d’un financement indirect par nos impôts, et reviennent donc plus cher à l’utilisateur que le train (dans leur globalité). Souhaitons-nous que notre argent serve à financer uniquement le profit de quelques-uns ? Ou bien souhaitons-nous l'investir dans un monde plus responsable et en phase avec notre environnement, que nous pourrons léguer aux générations futures ?
  • Manifestation contre la mise en place du logiciel GASPER (logiciel de fichage des usagers des centres médico-sociaux du Département). Le logiciel met en avant des problèmes déontologiques et une complexification du travail. Il cherche à rationaliser le travail des agents alors que celui-ci est avant tout un travail social. La dimension sociale du travail est remise en cause par ce logiciel, les agents n’étant plus là que pour exécuter. Les travailleurs sociaux et sanitaires sont stressés et ils ne sont que très peu aidés par le système. La seule réponse apportée doit elle-être un plus gros contrôle ?

N’oubliez pas, tous les jours nous nous regroupons à 18h en face de l’Hôtel-de-Ville, venez nombreux, en famille, entre amis. Tous ensemble luttons contre la loi travail et son monde, construisons ensemble le monde de demain !