Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1972 mars.




Villes/Tours

From NuitDebout
Jump to: navigation, search

Suivre Tours Debout[edit | edit source]

Groupe sur le réseau social communecter.org (opensource!)

Chattez avec les Turons du mouvement !

Les Nuits Debout à Tours pourquoi et pourquoi faire[edit | edit source]

Depuis le 31 mars, un peu partout dans le monde, des hommes et des femmes, plus ou moins jeunes, plus ou moins vieux ou vieilles, de toutes conditions sociales, de diverses confessions, occupent l’espace publique.

Après qu’hier, Tunis, Le Caire, Madrid, Athènes et New York eurent ouvert le chemin et que Paris eut repris le relais, aujourd’hui, un inextinguible désir de démocratie se répand de nouveau aux quatre coins du globe.

En effet, depuis le printemps 2016, toutes celles et tous ceux qui sentent la colère gronder dans leurs cœurs se donnent rendez-vous sur les places publiques.

Depuis bien longtemps, des hommes et des femmes, de toutes les nations, des cinq continents, constatent qu’il n’existe pas un seul État véritablement démocratique.

Partout, et depuis toujours, le sexisme, le racisme, l’antisémitisme et le rejet de l’Altérité distillent leur venin. Dans tous les pays, la corruption, les malversations financières, les abus de biens sociaux et le clientélisme rongent les sociétés. Il n’existe aucun pays au monde où le peuple est souverain et gère les affaires de la Nation.

Partout des élites se sont accaparées le pouvoir : ici des financiers sans scrupule, là-bas des religieux haineux, ailleurs des nationalistes rétrogrades. Tous imposent leurs lois à des masses d’individus maintenus dans l’ignorance et la dépendance.

Partout, le déni du droit à autrui de faire un choix différent du sien, la xénophobie, la condamnation et la négation de la diversité s’érigent en valeurs sûres d’un nationalisme aussi dangereux que l’extrémisme religieux.

Depuis la chute du mur de Berlin et la dislocation du bloc communiste, des hommes et des femmes prétendent qu’il n’existe qu’un seul modèle de société, celui fondé sur le libéralisme économique. Liberté oui, mais celle d’entreprendre. Ainsi, les citoyens et citoyennes se muèrent, lentement mais sûrement, consentant-e-es ou à leur insu, en consommateurs-trices.

Partout dans le monde, on ne compte plus les réfugiés, les sans-abri, les sans-domicile-fixe, les sans-papiers et les sans-emploi, preuve de l’avancée de la précarité. Un chômeur n’est plus qu’une statistique économique montrée du doigt, au mieux, un enjeu électoral. Combien de millions d’hommes et de femmes, de par le monde, vivent en-dessous du seuil de pauvreté ?

Partout, dans le monde du travail, les stratégies économiques des entreprises passent par une recherche permanente de davantage de flexibilité de l’emploi ; par une quête constante de la réduction des coûts, de la rentabilité et des gains de productivité.

Partout, la dérégulation de l’économie mondiale a imposé le principe de « concurrence libre et non faussée », prétendument protecteur et finalement injuste pour toutes et tous.

Tous les accords et les zones de libre-échange qui en découlent sont construits sur l’alignement des règles économiques, financières et sociales sur celles du pays disposant des lois du travail les plus flexibles, la protection sociale la plus minimale et les règles de défense de l’environnement les moins contraignantes.

Partout, la recherche de la compétence et de la qualité du service fourni, du travail réalisé ou du bien produit, est, depuis longtemps, reléguée aux oubliettes.

Partout, les salarié-e-s sont maintenu-e-s sous pression, non loin de la compression.

Partout, les conditions de travail se détériorent et les maladies qui y sont liées progressent. Le stress, les dépressions et les harcèlements constituent de plus en plus le quotidien des salarié-e-s, dont certain-e-s finissent par se suicider à cause de leur travail. 

En France, au pays des cinq semaines de congés payés, des trente-cinq heures et des RTT, la protection sociale est désormais menacée, le système des retraites est constamment attaqué, le code du travail critiqué, vidé de sa substance et, plus que jamais, présenté comme le principal obstacle à l’amélioration de la compétitivité.

Le pays de Jaurès et de l’abbé Pierre est devenu celui des logements et des emplois fictifs, des abus sociaux et des trafics d’influence. Des hommes politiques de tous bords trempent dans des scandales financiers. Des ministres occupent des habitations à loyer modéré tandis que des travailleuses-eurs sous-payé-e-s, en situation de précarité, peinent à trouver un logement. Certain-e-s sont même contraints de dormir dans leur voiture, quand ce n’est pas dehors.

Au pays des droits de l’Homme, des individus usent de leur immunité parlementaire pour éviter de rendre des comptes à la justice. Pendant ce temps, des journalistes sont licencié-e-s pour avoir écrit des articles sur le chef de l’État ou des hommes, plus rarement des femmes, de pouvoir, influent-e-s. 

En France, cette année, un gouvernement, prétendument de gauche, a instauré la déchéance de nationalité, proclamé l'état d'urgence et usé, à plusieurs reprises, de l’alinéa 3, de l'article 49 d’une Constitution octroyée pour imposer des lois rejetées par une majorité de citoyen-ne-s.

Partant de ce constat, le mouvement #ToursDebout appelle toutes les Tourangelles et tous les Tourangeaux désirant œuvrer pour la mise en place d’une nouveau régime politique à rejoindre les Assemblées publiques organisées de manière hebdomadaire.

Rejoignez-nous. Apportez vos indignations, vos questions, vos révoltes et discutons en.

Nuit Debout se réclame d'une démarche bienveillante alors n'ayez pas peur, ça se passe très bien !

Qu'est- ce que ce wiki ?[edit | edit source]

Un wiki est un espace de communication collaboratif sur le web. Pour plus d'info, n'hésitez pas à vous reporter à la page Wiki sur WikipediA

C'est un endroit où vous pouvez participer à la création de ce qu'est nuit debout à Tours. Ce wiki est fait par et pour ceux qui participent à la nuit debout et pour ceux qui ne participent pas (encore) mais qui s’intéressent.

Le saviez vous?

  • Sur un wiki toutes les modifications sont enregistrées et il est possible de revenir en arrière. N'ayez donc pas peur de venir faire vos améliorations qui seront à leur tour améliorées par quelqu'un d'autre. Cliquez juste sur Modifier. Un peu plus d'aide sur comment faire par ici!

Une liste des sous pages dans Villes/Tours, se trouvent ci dessous. Je vous conseille de commencer par Villes/Tours/Organisation des AG pour en savoir plus sur le fonctionnent du mouvement "ToursDebout", ou bien par Villes/Tours/Archivage pour lire un peu de quoi on discute pendant les réunions publiques! :)

Sinon... pour